Théâtre

“Le théâtre est une nourriture aussi indispensable à la vie que le pain et le vin... Le théâtre est donc, au premier chef, un service public. Tout comme le gaz, l'eau, l'électricité.” 

Jean Vilar 

My Image

2014

Secrets - ( mise en scène et jeu ) : spectacle musical, création au Musée Würth, Strasbourg, Février 2014

Secrets
Enter the name for this tabbed section: Synopsis

Secrets…
Secrets qui se dévoilent à l’heure bleue.
Entre le jour et la nuit, lorsque les oiseaux murmurent l’instant bleu, que les pétales libèrent leurs parfums. Bleu du rêve et de l’infini.
Secrets qui se donnent, qui s’écoutent en mélodies joyeuses et mélancoliques.
Secrets d’amour…
Un chant de femme, une harpe, une autre voix encore, chuchotée.
Secrets partagés, le temps d’un spectacle, de la lune qui se lève.
Musiques du monde, airs du temps, mots d’écrivain, trois silhouettes féminines.
Secrets...


Noémie Kocher

Enter the name for this tabbed section: Soon

2011

Je l’aimais - La tournée
France, Suisse, Belgique. 3 Février - 31 Mars 2011

Patrice LECONTE

Je L'aimais
Enter the name for this tabbed section: Synopsis

Un homme, Pierre, d’une soixantaine d’années, dans une maison de campagne, seul avec sa belle-fille, Chloé, que son propre fils à lui vient de quitter. Mille morceaux éparpillés. Que Pierre va tenter de recoller…

Enter the name for this tabbed section: Vidéo
Enter the name for this tabbed section: Galerie
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Enter the name for this tabbed section: Galerie répétions
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Noémie Kocher Je l'aimais Patrice Leconte
Enter the name for this tabbed section: Presse
My Image
Enter the name for this tabbed section: Critique

D’abord, il faut mettre en avant le superbe décor construit par Ivan Maussion. Il est important, car ce salon très encombré – signe de vie - constitue le refuge dans lequel vont cohabiter deux naufragés de la vie, Pierre et sa belle-fille Chloé. Naufragée, Chloé, elle l’est. Et ça se voit. Pour ce qui concerne Pierre, c’est moins évident, c’est bien plus intérieur. D’ailleurs s’il a entraîné Chloé dans cette maison de campagne, c’est pour essayer de lui redonner le moral et, en même temps, prendre à son compte l’abandon de famille dont son fils vient de se rendre coupable. Pas facile à gérer quand on a face à soi une jeune femme pour laquelle vous symbolisez son échec affectif. Touchée, pas loin d’être coulée, Chloé est toute à sa détresse. Elle est maussade, grognon, agressive, abattue. Elle ne cesse de ressasser sa séparation. Elle ne peut absolument pas se faire à l’idée d’avoir été plaquée. Alors Pierre en fait des tonnes au niveau de la prévenance. On dirait presque que c’est lui le coupable. Il se montre patient, compréhensif, aimable, paternaliste. Il gère l’intendance de la maison, fait les couses, cuisine, assure le service… Bref, la Chloé n’a plus qu’à se concentrer sur son gros malheur et se vautrer dans son chagrin.
Et dès qu’elle retrouve un semblant de vigueur, c’est pour régler ses comptes avec Pierre, l’accabler de reproches, lui renvoyer son égocentrisme dans les dents. Pierre encaisse et déborde encore plus d’attentions. Jusqu’au moment fatidique où Chloé lui balance qu’il n’a jamais aimé personne d’autre que lui-même… Alors là, faut pas pousser. Notre Pierre a, enfouie en lui, une intense histoire d’amour adultérine qui ne demande qu’à ressurgir tel un geyser et inonder une Chloé stupéfaite d’apprendre que son beau-père avait aussi un cœur… et un sexe… Et il raconte, il raconte…. Il raconte son idylle flamboyante et lamentable (du moins pour ce qui le concerne) avec Mathilde, jeune femme libre et sensuelle. Il raconte sans prendre parti, façon reportage clinique dans lequel il n’a pas le beau rôle. S’est-il montré respectueux vis-à-vis de sa femme et de ses enfants, s’est-il montré d’une lâcheté toute masculine avec l’attendrissante et dévouée Mathilde ? La seule chose dont on soit sûr, c’est que cette aventure lui a laissé à l’âme une sacrée cicatrice. Une cicatrice que, à force de se faire titiller par sa belle-fille, il a vue se rouvrir violemment. Il fallait que ça sorte et que quelqu’un soit témoin de cette douloureuse résurgence.

Pierre et Chloé, deux beaux rôles pour le théâtre. Gérard Darmon est impressionnant de naturel tout au long de cette pièce. Il est à l’aise dans tous les registres, autant dans la simplicité du quotidien, dans la gestion de la crise, que dans l’aveu et la contrition. Depuis sa folle histoire d’amour avec Mathilde, il a la cœur boiteux et il s’est replié sur lui-même. Les déboires de Chloé vont le remettre face à ses propres souvenirs qu’il avait soigneusement enterrés. La simplicité de jeu de Gérard Darmon est d’une force magistrale qui rend crédible la moindre de ses expressions. Comme l’adaptation du roman d’Anna Gavalda est fort bien dialoguée, Darmon dispose d’une large palette qui lui évite de ne jouer que d’un seul ton. L’humour, sous forme de brèves saillies, est très présent dans ce huis-clos. Il constitue autant de petites bulles d’oxygène salvatrices pour alléger la tristesse ambiante symbolisée par Chloé. Darmon est tout simplement grandiose.
Quant à Irène Jacob, une actrice qu’on ne présente plus, trop rare parce qu’exigeante, une actrice qui fait des choix difficiles avec des rôles très intériorisés, habités, le personnage de Chloé était du sur-mesure pour elle. Or, elle apparaît un peu étriquée dans ce costume. Le problème, c’est qu’il est presque impossible d’en déterminer la raison. Est-ce que c’est Patrice Leconte qui lui a imposé de jouer Chloé quasiment en permanence un ton en dessous ? Certes, c’est une femme en souffrance, mais même ses colères semblent retenues. Elle devrait au contraire exploser face à cet homme qui lui rappelle la trahison de son mari. Et puis elle adopte un ton de voix à la limite de l’inaudible. Elle marmonne trop souvent, ce qui, au théâtre, n’est pas l’idéal pour le spectateur. Personnellement, je pense que ce n’est qu’un problème de direction d’acteur.

Je n’ai pas encore évoqué la deuxième partie de la pièce où, là, la mise en scène est tout-à-fait réussie. Lorsque Pierre évoque sa passion amoureuse et les principaux épisodes qui l’ont émaillée et inscrite dans le temps, Mathilde apparaît en autant de flash-back. Et Mathilde, c’est quelque chose ! On comprend qu’un homme s’en éprenne follement. Noémie Kocher apporte à Mathilde une présence lumineuse. Belle, vivante, exaltée, féminine en diable, débordante de sensualité, chacune de ses apparitions est une plus-value. En plus, comme elle n’intervient qu’à, différentes étapes de leur relation, elle ne porte jamais la même tenue. Ce qui est logique. Et à chaque fois, la costumière, Cécile Magnan, lui a dessiné des robes qui la mettent merveilleusement en valeur. C’est bien sûr intentionnel, mais c’est aussi en opposition et au détriment du personnage de Chloé qui, toute à sa souffrance, néglige toute coquetterie et se comporte plus comme un oiseau mazouté qu’un objet de séduction.

Reste le fond. Je l’aimais est une variation sur le couple et la gestion de l’adultère. Quand on a le bonheur de croiser la passion amoureuse, faut-il ou ne faut-il pas quitter ? Faut-il adopter la conduite du fils de Pierre sans tenir compte des dégâts colatéraux ? Faut-il taire ses sentiments, renoncer à sa liaison, et rentrer dans le rang ? Où est le courage, où est la lâcheté ? Cruel dilemme auquel on ne peut répondre sous peine de s’embarquer dans des analyses fumeuses qui se résument le plus souvent à convenir que, dans ces cas de figure, les femmes se montrent bien plus courageuses que les hommes. Finalement, la conclusion, elle est toute bête, et c’est Pierre qui l’apporte en lâchant ce constat qui coupe court à toute discussion : « C’est pas facile d’avoir tout bon »…

Enter the name for this tabbed section: Dates

- TOURNEE du 3 FEVRIER- 31 MARS 2011 ; FRANCE ; SUISSE ; BELGIQUE

2010

Je l’aimais
THEATRE DE L’ATELIER, Paris. 22 Janvier 2010 - 15 Mai 2010

Patrice LECONTE

My Image

2010

Amadeus
ORCHESTRE DES PAYS DE LA LOIRE, Nantes, Angers, Le Mans, Les Sables d'Olonne, Octobre 2010

John AXELROD

Enter the name for this tabbed section: Synopsis

Enter the name for this tabbed section: Vidéo
Enter the name for this tabbed section: Presse
My Image

2008

Confidences trop Intimes - La tournée
France, Suisse, Belgique. Mars - Juin 2008,

Patrice LECONTE

Confidences trop intimes Patrice LECONTE Noemie kocher
Enter the name for this tabbed section: Synopsis

Confidences trop intimes, c'est, parce qu'elle s'est trompée de porte, Anna qui s'est retrouvée à confier ses déboires conjugaux à un conseiller fiscal, William Faber. Touché par sa détresse, troublé aussi, l'homme n'a pas eu le courage de lui dire qu'il n'était pas psy. De rendez vous en rendez-vous, de confessions en confessions, un étrange rituel s'instaure entre eux.

Enter the name for this tabbed section: Vidéo
My Image
Enter the name for this tabbed section: Notes

Patrice Leconte:
Il y a quelques années, j’ai fait un film, écrit avec Jérôme Tonnerre, joué par Sandrine Bonnaire, Fabrice Luchini, Anne Brochet et Michel Duchaussoy, et qui s’appelait déjà Confidences trop intimes. À aucun moment, ni à l’écriture ni pendant le tournage, ni même à la sortie, ne m’a effleuré l’idée que ce film d’apparence très simple (une jeune femme, ayant un premier rendez-vous avec un psychanalyste, se trompe de porte et sonne chez un conseiller fiscal) contenait en lui une évidente proposition de théâtre. Je ne me souviens plus quand je m’en suis rendu compte, longtemps après en tout cas, et j’ai tout simplement proposé l’idée à Jérôme Tonnerre : écrire une adaptation pour la scène de nos confidences. Jérôme a aimé l’idée, il s’y est mis, et m’a envoyé deux mois plus tard un texte qui m’a énormément cinéma. Cela aurait été une démarche vaine et peu enthousiasmante : refaire ce que l’on a déjà fait n’étant pas, à mon sens, le moteur idéal de la création. En revanche, comprenant à quel point il y avait là deux (plus deux) très beaux rôles, mon envie a été de profiter de ce passage au théâtre pour éclairer le texte autrement, en le proposant à des acteurs différents, des personnalités autres, sans jamais chercher à recopier des chemins déjà dessinés, sans jamais refaire donc. Aujourd’hui, que ces confidences soient jouées par Christophe Malavoy, Florence Darel, Noémie Kocher et Olivier Pajot, me procure un plaisir très particulier : comme si j’étais en train de me promener dans un paysage familier, mais repeint dans d’autres tons, planté d’essences nouvelles. C’est la grâce des acteurs d’enfiler les costumes des personnages qu’ils interprètent, et de nous donner l’illusion qu’ils les ont toujours portés. C’est la grâce des acteurs de s’approprier ce qui a été inventé pour eux. Et je ne suis pas loin de penser que William, Anna, Jeanne et le Docteur Monnier, pourraient très bien, de loin en loin, être habités par d’autres acteurs encore, être éclairés encore différemment, comme si ces quatre personnages n’étaient que des coquilles vides, en attente d’incarnations diverses. En tout cas, c’est bien là que se situe la joie du théâtre, et c’est une joie dont je n’ai pas envie de me priver de sitôt.

Enter the name for this tabbed section: Dates

- TOURNEE : Mars-juin 2008, France ; SUISSE ; BELGIQUE

2007

Confidences trop Intimes
THEATRE DE L’ATELIER. 17 Avril - 30 Juin

Patrice LECONTE

My Image

1994

Coeur de Marbre
THEATRE DU POMMIER Neuchâtel, Suisse

Cyril Tissot

1994

La Guerre de Troie n’aura pas lieu
ESTIVALES de PERPIGNAN, France

Francis HUSTER

1992

La Double Inconstance (Français et Allemand)
THEATRE DU LUCERNAIRE, Paris

Jean-Pierre GARNIER

1991

La Ronde
THEATRE DU LUCERNAIRE, Paris

Isabelle NANTY

1990

Les Crachats de la Lune

Jean-Michel LHAMI

1989

Belle du Seigneur

Thomas COUSSEAU